roturier


roturier

roturier, ière [ rɔtyrje, jɛr ] adj. et n.
roturer 1271; de roture
Didact. ou littér.
1Qui n'est pas noble, qui est de condition inférieure, dans la société féodale et sous l'Ancien Régime. plébéien. « Combien de nobles dont le père et les aînés sont roturiers ! » (La Bruyère). Par ext. Biens roturiers.
2 N. Personne qui n'est pas née noble et n'a pas été anoblie. plébéien; manant, serf, vilain; bourgeois. Les roturiers. roture.
⊗ CONTR. Aristocrate, gentilhomme, noble, patricien.

roturier, roturière adjectif et nom Qui n'est pas noble. (Sous l'Ancien Régime, les roturiers payaient la taille et subissaient la corvée.) ● roturier, roturière (synonymes) adjectif et nom Qui n'est pas noble.
Synonymes :
- plébéien
Contraires :
roturier, roturière adjectif Littéraire. Qui manque de distinction : Des façons roturières.roturier, roturière (synonymes) adjectif Littéraire. Qui manque de distinction
Synonymes :
- bas

roturier, ère
adj. et n. Qui ne fait pas partie de la noblesse.
Subst. Des roturiers.

⇒ROTURIER, -IÈRE, subst. et adj.
I. — Substantif
A. — HIST., subst. masc. plur. Classe sociale composée d'hommes libres qui ne sont ni clercs ni nobles et comprenant les bourgeois et les vilains (d'apr. LEP. 1948). Synon. roture. L'État, les communautés, les seigneurs et les roturiers se partageaient la province dans une proportion que nous n'avons trouvée nulle part indiquée rigoureusement (GUYOT, Agric. Lorr., 1889, p. 12).
B. — Personne appartenant à cette classe; plus gén., personne qui n'est pas noble. Le roturier, accablé de tailles et de corvées, était harcelé sans relâche tantôt par les percepteurs du roi, tantôt par ceux des seigneurs et du clergé (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 151). La mort de la petite roturière met en deuil toutes les familles princières de l'Europe (PROUST, Fugit., 1922, p. 671).
II. — Adjectif
A. — [En parlant d'une pers.] Qui appartient à la classe des roturiers; plus gén., qui n'est pas noble. [Supprimer] le franc-fief que payaient leurs détenteurs roturiers [de fiefs] (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 183).
B. — [En parlant d'un ensemble de pers.] Qui appartient à la roture; qui est composé de roturiers. Notre jeune baron est entré dans une riche famille roturière (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 331).
C. — [En parlant d'une chose]
1. a) Propre à la roture, aux roturiers, à une personne qui n'est pas noble. Origine, profession roturière. Quand il travaille de ses mains, un noble doit quitter son nom. — Il [M. de Rubempré] a effectivement quitté le sien, qui était roturier, dit Zizine, mais pour prendre celui de sa mère qui est noble (BALZAC, Illus. perdues, 1837, p. 96). Elle était inquiète de ce que sa fille pensait d'elle et du sang roturier qui peut-être circulait dans ses veines (GREEN, Malfaiteur, 1955, p. 123).
b) Souvent péj. Qui a certaines caractéristiques qu'on prête à la roture, aux roturiers. Synon. bas (v. bas1), commun, grossier, populaire, vulgaire. Des façons roturières. Vous allez voir une femme qui n'a pas un mouvement roturier (...) c'est le type du bon ton (KOCK, Cocu, 1831, p. 106). Le roman de mœurs (...) risque fort d'être plat (...). Si Balzac a fait de ce genre roturier une chose admirable, toujours curieuse et souvent sublime, c'est parce qu'il y a jeté tout son être (BAUDEL., Art romant., Th. Gautier, 1859, p. 473). V. bonnet ex. 9.
2. HIST. [En parlant d'un bien, d'une terre] Qui est soumis à diverses redevances; qui appartient à une personne qui n'est pas noble. Les conseils de paroisse, avec le sieur syndic, estimaient la part [d'impôt] de chaque héritage roturier (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 414). V. fouage ex. de Chateaubriand.
REM. Roturièrement, adv. a) ) À la manière des roturiers. [J']étais (...) simplement, roturièrement Grandaye (...) Je m'appelle maintenant baron Grandaye de... (D'ESPARBÈS, Demi-soldes, 1899, p. 201). ) Conformément aux lois qui concernent la roture. Posséder une terre roturièrement. Il n'y avait ni fief, ni seigneurie à cette terre, elle devait se partager roturièrement (Ac. 1798-1878). b) Vx. D'une manière basse et ignoble. Cet homme-là pense roturièrement (Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth.:[], fém. []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. a) 1271-72 La Rochelle roturer masc. « non noble » en parlant d'une personne (Chartes et doc. poitevins, 388, 13, éd. M. S. La Du, t. 2, p. 267); 1495 enfans roturiers (Coutumes de Sens, CXLVII ds Nouv. coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, t. 3, p. 495a); b) 1312 Angoulême fém. choses censives et rupturieres (AN JJ 48, fol. 32 v ° ds GDF. Compl.); 1462, 16 janv. [concerne Nevers] (Ordonnances des rois de Fr. 3e race, t. 15, 1811, p. 37: Ez tailles [...] ny autres choses roturieres). B. Subst. 1306 masc. « paysan » Poitiers (abbaye de Pinus) [affaire portée devant le Parlement de Paris] (Olim, éd. Beugnot, t. 3, 1re part., p. 212: ab illis qui vocantur Roturiers, et ab illis mercatoribus vendentibus bladum apud Pictavium); ca 1447 « celui qui n'est pas noble » (Coutume d'Anjou, 459, Liger d'apr. K. BALDINGER ds Z. rom. Philol. t. 67 1951, p. 42); 1507 fém. (Coutume de Touraine, XXIX, VI ds Nouv. coutumier gén., t. 4, p. 618b). Dér. de roture (v. ce mot A); suff. -ier. Cf. le lat. médiév. rupturarius « paysan » 1072 Absie, Deux-Sèvres ds DU CANGE, s.v. rotulare, v. aussi BALDINGER ds R. ling. rom. t. 26 1962, p. 313, note 3. Apparu dans les provinces de l'ouest, le mot se répand vers l'est, gagne Paris vers le mil. du XVe s. (après y avoir été att. comme terme région. en 1306, supra) et, de là (cf. Sens 1495 supra), à travers la lang. littér., s'étend à tout le domaine d'oïl au XVIe s., v. K. BALDINGER, loc. cit., pp. 309-330, spéc. cartes 1, 2, 8, 9. Fréq. abs. littér.:165. Bbg. BALDINGER (K.). Die Arbeiten des Instituts für Romanische Sprachwissenschaft. Das Institut für deutsche Sprache und Literatur. Berlin, 1954, pp. 171-177. — DUB. Pol. 1962, p. 411. — GOHIN 1903, p. 233. — MILITZ (H.-M.). Bürger im Frz. Berlin, 1979, p. 75, 77, 80, 92, 96, 114, 141, 149, 152.

roturier, ière [ʀɔtyʀje, jɛʀ] adj. et n.
ÉTYM. 1306; lat. pop. rupturarius, de ruptura. → Roture.
Didactique ou littéraire.
1 Adj. et n. Qui n'est pas noble, qui est de condition inférieure, dans la société féodale et sous l'Ancien Régime. Manant, serf, vilain; plébéien. || Les roturiers ( Roture).
1 Il y a des gens qui n'ont pas le moyen d'être nobles (…) Quelques autres se couchent roturiers et se lèvent nobles. Combien de nobles dont le père et les aînés sont roturiers !
La Bruyère, les Caractères, XIV, 1.
1.1 Mon Fils, nous sommes aujourd'hui Roturiers, et je m'en félicite sincèrement. Le Roturier est l'Homme par excellence : c'est lui qui paie les impôts; qui travaille, ensemence, récolte, commerce, bâtit, fabrique.
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, p. 112.
Par ext. || Biens roturiers.
2 Tantôt il a été protégé par le maintien des États provinciaux et par l'incorporation de la noblesse à la terre : en Languedoc et en Bretagne, les biens roturiers payent seuls la taille.
Taine, les Origines de la France contemporaine, I, t. I, p. 26.
2 Adj. (XVe). Qui manque de distinction. || Des manières roturières.
3 Champcenais, qui est, plus ou moins, un aristocrate de naissance, a une façon bien plus roturière de se colleter avec les soucis quotidiens. Même son offensive envers Gurau manque d'élégance.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XIV, p. 153.
CONTR. Aristocrate, aristocratique.
DÉR. Roturièrement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • roturier — roturier, ière (ro tu rié, riè r ) adj. 1°   Qui n est pas noble. Homme roturier. Femme roturière. Biens roturiers. •   Le diable cependant doit être roturier, HAUTEROCHE Deuil, sc. 4. •   L on a trouvé le moyen de distinguer les naissances… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • roturier — Roturier, [roturi]ere. adj. Qui n est pas noble. Homme roturier. femme roturiere. famille roturiere. biens roturiers. Il signifie aussi, Qui tient du roturier. Cet homme a l air roturier. la mine roturiere. les manieres roturieres. Il est aussi… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Roturier — Ro tu rier , n. [F.] A person who is not of noble birth; specif., a freeman who during the prevalence of feudalism held allodial land. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Roturier — Le terme a désigné au moyen âge un paysan (latin médiéval ruptuarius), celui qui exploitait une roture (terre nouvellement défrichée). Toujours au moyen âge, il a ensuite désigné celui qui n était pas noble, mais on préfèrera le sens initial pour …   Noms de famille

  • roturier — Roturier, m. Celuy qui n est point noble, Ignobilis, Plebeius. Roturiere, f. Celle qui n est de noble extraction, Mulier ignobilis, Plebeia …   Thresor de la langue françoyse

  • Roturier — Sur les autres projets Wikimedia : « roturier », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un roturier est une personne qui n est pas noble. La roture est un terme générique pour désigner l ensemble des roturiers, c est à dire… …   Wikipédia en Français

  • ROTURIER — IÈRE. adj. Qui n est pas noble. Homme roturier. Femme roturière. Famille roturière. Biens roturiers.   Il signifie aussi, Qui tient du roturier, qui n a rien de noble, qui est grossier. Cet homme a l air roturier, la mine roturière, les manières …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Rotürier — Ro|tü|ri|er, der; s, s [frz. roturier, zu: roture, ↑Rotüre] (veraltet abwertend): Angehöriger der Rotüre …   Universal-Lexikon

  • Rotürier — Ro|tü|ri|er [... ri̯e:] der; s, s <nach gleichbed. fr. roturier> (veraltet, abwertend) Angehöriger der Rotüre …   Das große Fremdwörterbuch

  • roturier — a, routurié, iero adj. et n. roturier, ière …   Diccionari Personau e Evolutiu